SNUipp - FSU Dordogne
http://24.snuipp.fr/spip.php?article3224
Compte rendu audience DASEN du 6 avril 2018
mercredi, 11 avril 2018
/ SNUipp 24

Quel avenir pour les petites structures, petits RPI ou RPC, vous avez annoncé dans la presse votre volonté de relancer un convention ruralité, qu’en est-il ?

La Dordogne est rentrée depuis très longtemps dans la logique des RPI (dans les années 60) beaucoup d’efforts ont déjà été fait par les communes. Mais l’évolution démographique récente voit une accélération de la baisse des effectifs d’âge scolaire (moins 700 élèves pour les deux années à venir ?). La nouvelle convention sera orientée plutôt vers une entrée par les EPCI (Établissements Publiques de Coopération Intercommunale), il est plus facile d’avoir une vingtaine d’interlocuteurs que que 420 (communes). Les EPCI peuvent regrouper jusqu’à 70 communes (cf. carte). La nouvelle convention sera accompagnée d’un cahier des charges et / ou d’annexes lisibles et claires. Il faut requestionner la participation des communes sans écoles aux frais de scolarisation des enfants qui en relèvent. Il faudra peut-être envisager dans certains secteurs particulièrement isolés et ruraux un « service minimum école » des structures pour maintenir l’école aux cotés de structures petite enfance. Il faut garder l’esprit ouvert et envisager pourquoi des solutions inédites : par exemple regroupement du Cycle 3 dans les petits collèges à partir de projets pédagogiques réellement partagés par les équipes.

L’Inspecteur d’Académie souhaite que la nouvelle convention soit signée au 14 juillet… au plus tard dans la 1ère quinzaine de septembre. Il n’est pas envisagé une participation aux débats des collègues, éventuellement des directeurs. La convention sera présentée aux syndicats, mais ils ne seront pas signataires.

Où en est-on sur les rythmes scolaires ?

Les remontées des communes et des conseils d’écoles finissent d’arriver à la DSDEN. Les choses paraissent généralement consensuelles. A Périgueux, les délibérations des conseils d’écoles sont passées à la loupe pour vérifier qu’elles respectent bien le droit. L’Inspecteur d’Académie nous précise qu’il prendra ensuite ses responsabilités..Il a reçu un groupe de parents ce matin et les représentants de la ville cet après-midi.. Les décisions finales seront présentées en CTSD et CDEN fin juin début juillet.

Nous sommes de plus en plus alertés par des collègues qui se trouvent soudain en difficulté dans leur classe, par rapport à des familles. Ces collègues subissent de fortes pressions qui les amènent à être obligé de prendre des arrêts maladie parfois importants. Comment les aider à redémarrer dans de bonne conditions. L’allongement des carrières va aussi poser des problèmes pour certains d’entre nous…

Il est certain que les structures que les solutions actuelles sont insuffisantes et que ce problème de santé au travail va prendre une importance croissante dans les années qui viennent. La Dordogne va se voir dotée d’un médecin conseiller technique l’année prochaine principalement dédié à la santé des élèves. Le CHSCT travaille mais il ne peut suffire à régler tous les problèmes. La disparition des inspections au profit des entretiens de carrière (PPCR) peuvent être une occasion pour les IEN de prendre conscience (ou connaissance) de problème de collègues car leur cadre est moins rigide que ne l’était celui de l’inspection. On peut regretter que le réseau PASS de la MGEN soit sous investi par les collègues.

Pour nous une partie du problème vient du fait qu’il est centralisé à Périgueux, pas de consultation décentralisée.

L’administration n’a pas encore de réponse à ces problématiques, mais il va falloir y travailler et faire avancer le problème.

La campagne du SNUipp « Reprenons la main sur notre santé » n’en a que plus de sens  : voir notre 4 pages à ce sujet

CP dédoublés, nous regrettons que des collègues soient obligé-es de participer au mouvement pour garder leur CP au risque pour certain-es de perdre leur direction… N’aurait-il pas été plus simple d’implanter des postes ordinaires dans les écoles désignées et d’étiqueter ensuite les « CP dédoublés » ?

Il est un peu complexe de tenir compte de la réalité des écoles rurales et de la volonté du ministère de mettre en lumière le dispositif. La Gironde a choisi de profiler tous les postes de CP dédoublés. Ce n’est pas le choix fait en Dordogne, mais le ministère a introduit dans le logiciel qui gère le mouvement un type de poste « CP Dédoublé » qu’il fallait obligatoirement faire apparaître…Les cas seront observés attentivement en CAPD et un bilan sur les organisations des écoles concernées sera fait au cas par cas à la rentrée.

Aurons-nous la possibilité de communiquer directement par mail sur le adresses institutionnelles des écoles en tant que membre du CTSD, pour tout ce qui concerne les opérations de carte scolaire comme cela semble se mettre en place avec le ministère ?

Oui dès lors que le ministère donnera son accord.

Une des circonscription de la Dordogne a inscrit les réunions de directeurs-trices au PLF (Plan Local de Formation) permettant ainsi le défraiements des déplacements pour se rendre à ces réunions, est-il possible de généraliser cette pratique à toutes les circonscriptions ?

Cette idée sera discutée en collège d’IEN.

Les collègues titulaires mobiles ne se voient pas compter le temps qu’il passent dans leurs écoles de rattachement avant de partir en suppléance comme du temps de service. C’est en contradiction avec la note du 12 septembre 2017 de la DASEN et la note sur le temps de service de 2014 de notre point de vue.

Les DRH de l’académie ont une autre interprétation de cette note ministérielle. Il faudra demander des éclaircissements au ministère. Lire la note du 12 septembre 2017 à ce propos

©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Dordogne, tous droits réservés.