www.snuipp.fr

SNUipp 24 Dordogne

Vous êtes actuellement : CTD, CDEN, carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
28 janvier 2016

Réunion du comité départemental tissu scolaire 26 janvier 2016

REUNION TISSU SCOLAIRE (Préfecture le 26/01/2016)

Présents 

    • DASEN, IEN, Préfet, Conseillers départementaux, Pdt de l’Union des Maires, maires, FCPE, représentants syndicaux

Intervention du Préfet

  • L’objectif est de présenter et signer une convention (aujourd’hui) entre les élus, la préfecture et la DASEN sur le tissu scolaire afin d’anticiper l’évolution du service public d’éducation. Le travail s’est fait en collaboration avec les maires, les EPCI.
  • Il y a 434 écoles sur le département. La tendance structurelle est à la baisse des effectifs. Entre 2011 et 2015, il y a eu 23 fermetures d’écoles.
  • Selon le préfet, les classes à multi-niveaux ne correspondent plus aux attentes de l’école actuellement, ni à celles des parents…
  • Au niveau départemental, il y aura un moratoire dans le retrait des postes cette année (+4) au regard de la baisse des effectifs.

Président de l’Union des Maires

  • Plusieurs réunions de concertation se sont tenues. La situation devient de plus en plus en plus compliquée pour les communes. D’où l’idée de l’élaboration de la convention.
  • L’Éducation nationale a besoin de moyens en milieu rural. Les territoires doivent être en mouvement, mais il n’y a pas de modèle unique et la spécificité de chaque territoire doit être respectée. L’idée est de faire mieux et pas moins.

DASEN

  • L’appel à projet pour les communes résume la convention.
  • Il faut réorganiser le tissu scolaire en conservant les maternelles, des pôles par cycle.
  • Les projets s’étalent de 2016 à 2018.
  • Par contre, le moratoire ne veut pas dire que les communes et écoles s’engageant dans un projet ne fassent pas l’objet d’une mesure de carte scolaire. Bien sûr, le critère démographique sera observé.
  • Les classes à multi-niveaux ne sont qu’un indicateur. Le mot-clé est le territoire et il peut y avoir plusieurs modes de fonctionnement.

SNUipp-FSU

Nos réponses, interventions et analyse

  • Depuis 2012, environ 1000 élèves de moins pour 38 fermetures… donc les postes ont été rendus par le département…malgré ce qui nous est dit !
  • La dotation de + 4 cette année est exceptionnelle nous dit-on. Il faut savoir que cette année, aucun département ne rend de poste en France ; c’est aussi la dernière carte scolaire du quinquennat, et les engagements du gouvernement étaient tout de même de rattraper les coupes sombres du précédent…
  • Sur les classes multi-niveaux :
    • Elles ne sont pas réservées aux écoles rurales : il y a très souvent des classes à double niveaux dans les écoles urbaines. Il ne faut pas créer de confusions entre écoles à classe unique (tous niveaux) et classes isolées.
    • Ce qui est bien souvent fondamental, c’est le nombre d’élèves par classe. Qualitativement il est plus efficace de travailler avec 16 élèves sur 4 ou 5 niveaux, qu’avec 26 sur un ou deux. L’isolement peut être un problème, c’est certain. Les études et enquêtes montrent tout de même que de nombreux collègues vivent bien ces situations, d’autant plus qu’ils sont dans des écoles confortables et bien équipées.
    • La structure même de notre département et les répartitions des populations ne permettront jamais de n’avoir que des « grosses » structures. Il restera forcément des petites écoles et des classes « isolées », sauf à imposer des temps de déplacement énormes aux élèves, réduire l’accès à la scolarité des plus petits ou créer des internats dès 5 ans !!!
  • Sur la baisse démographique :
    • Il est impossible de continuer à n’utiliser que le seul critère démographique pour déterminer la dotation en postes de la Dordogne. Les chiffres comparés montrent d’ailleurs que ce n’est déjà pas le cas. Lorsque le département perd 400 élèves, c’est énorme. Mais si on ramène ce chiffre aux 557 communes ou aux 434 écoles, force est de constater qu’il s’agit d’un problème diffus. Seules des analyses fines territoire par territoire peuvent permettre de déterminer la dotation nécessaire et la politique de carte scolaire à mener.
    • La bonne logique de gestion serait de renverser le calendrier : analyser les besoins, faire les choix de la carte scolaire et attribuer la dotation nécessaire au département une fois le consensus établi…Le mot clé de la carte scolaire devrait être le mot territoire au sens sociologique et économique.
  • A propos des fusions d’écoles :
    • Le bénéfice pour les écoles ne paraît pas évident. Les différentes réunions de concertations entre les enseignants des cycles se font déjà, et nous voyons mal en quoi elles seront plus faciles ou efficaces.
    • Pédagogiquement, c’est au moment où les nouveaux programmes de la maternelle affirment sa spécificité et l’ancrage de la GS au cycle 1, avec la fin du « tuilage », que notre administration trouve urgent de fusionner des écoles maternelles et élémentaires. C’est pour le moins curieux.
    • Il n’y aura pas de gain de temps de décharge pour les collègues chargés des directions. Dans tous les cas, par contre, l’augmentation de la charge de travail paraît certaine…
    • Enfin, si l’on diminue le nombre de directions d’écoles, il paraît certain que des collègues verront leurs salaires diminuer malgré leur investissement passé dans cette tâche. Autrefois, on attendait un départ pour réaliser une fusion, ce qui était plus respectueux des personnels…

Pièce jointe à l’article

 

8 visiteurs en ce moment

*Top

Pour nous contacter :

SNUipp-24, Bourse du travail,

26 rue Bodin

24029 PERIGUEUX cédex

Tel : 05 53 08 21 25

Mail : snu24@snuipp.fr

FAX : 09 71 70 52 52


©Copyright 2006 - SNUipp 24 Dordogne, tous droits réservés.