www.snuipp.fr

SNUipp - FSU Dordogne

Vous êtes actuellement : Archives  / EVS 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
10 juin 2013

Compte rendu de la journée d’action académique EVS du 5 juin 2013

La FSU Aquitaine a organisé une journée d’action EVS le 5 juin 2013. En Dordogne, cela s’est traduit par une réunion d’information à la bourse du travail et une audience à la DSDEN avec Pôle Emploi et la Préfecture.

AUDIENCE :

Nous étions reçu par le Secrétaire Général et la secrétaire chargée du dossier EVS pour l’Éducation nationale et par un directeur adjoint de la DIRECCTE représentant la préfecture et Pôle emploi. La délégation de la FSU était composée de Nicolas Izorche (secrétaire ajoint), Yves Borde (secrétaire), Frédéric D. et Patricia G. (EVS) Nous avons rappelé notre position de fond que nous défendons depuis la création des ces contrats (2005), à savoir la création d’emplois stables et pérennes de la Fonction Publique d’Etat, tant pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap que pour l’aide administrative dans les écoles.

Nous avons abordé plusieurs points : Avenir des EVS en fin de contrat :
- seront renouvelées toutes les EVS-ASEH qui ne sont pas au bout de leurs droits (24 mois pour le cas commun, 60 mois pour les plus de 50 ans et bénéficiaires d’un minima social ou pour les personnels ayant la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et pour qui il reste plus de 6 mois possibles.
- S’il existe des postes d’AVS-i (contrat de droit public 2 x 3 ans) ils seront proposés aux EVS-ASEH ayant le baccalauréat ou un diplôme de niveau équivalent.
- les EVS administratifs, ne seront reconduits que si l’enveloppe allouée par la création des 12.000 postes est suffisante. Seront prioritaires les EVS administratives qui accepteront de basculer sur un contrat d’EVS-ASEH dans le cas ou un besoin serait localisé sur leur secteur. Dans l’attente un courrier de fin de contrat a été envoyé aux EVS concernés.

Fin du contrat EVS :
- Le retour à la case Pôle emploi est malheureusement la seule perspective. Les EVS dans ce cas doivent dès maintenant vérifier qu’elles sont toujours inscrites à Pôle emploi, et ce, afin d’éviter la réinscription, l’application des 7 jours de carence et le blocage ou la perte des aides de la CAF. En cas de difficulté, nous consulter rapidement. En cas de désinscription, il faut demander par courrier la réinscription (voir modèle sur le site du SNUipp-FSU : http://24.snuipp.fr)
- Nous avons demandé qu’il y ait reconduction exceptionnelle des contrats, même si les personnes arrivent au bout des possibilités, ou encore si l’on ne pouvait pas leur offrir d’autres contarts aidés, seule solution pour la plupart d’enter eux pour ne pas se retrouver au chômage. Nous n’avons pas eu de réponse.

Formation : Nous avons abordé la question de la formation. Nous avons rappelé que les formations dispensées n’entraient pas ou que très partiellement dans l’objectif d’une formation qualifiante (exemple de la formation bureautique de base pour des EVS administratives en fonction depuis plusieurs mois, voire années)

Relations humaines :
- Nous avons rappelé également que les relations entre EVS et les différentes administrations étaient avant tout humaines. Nous avons demandé à ce que les relations entre Pôle emploi, l’Éducation nationale et les EVS soient simplifiées : papiers donnés à temps et vérifiés, rapidité du traitement des demandes…
- Nous avons rappelé à Pôle emploi notre conception du suivi des EVS, notamment par la nomination d’un référent clairement identifié, ainsi que d’un tuteur formé et volontaire.

Pour les écoles : le secrétaire général de la DSDEN ne peut rien dire quant aux moyens s’ils seront maintenus pour l’aide administrative car la répartition des 12000 n’a pas encore été faite. Cependant, compte tenu des demandes toujours en augmentation de la MDPH en EVS ASEH, il est probable que des écoles perdront leurs postes d’EVS Administratifs.

RÉUNION D’IINFORMATION du 5 juin 2013 :

Une vingtaine d’EVS et quelques enseignantes étaient réunies par le SNUipp et la FSU à la Bourse du Travail ce mercredi 5 juin pour débattre de la situation des emplois d’EVS en cette fin d’année scolaire, évoquer les questions individuelles et les problèmes rencontrés. La colère et l’incompréhension des EVS s’est exprimée. Colère de constater que rien ne change et qu’ils sont toujours considérés comme des personnels "kleenex" assurant pourtant des missions indispensables au fonctionnement du Service Public. Ils et elles vivent cela comme du mépris et se sentent toujours abandonnés à leur sort. Les administrations ne se préoccupent pas du tout de leur sortie du dispositif "contrats aidés" que ce soit pour les formations qu’ils et et elles sont en droit d’attendre, ou pour leur suivi par Pôle Emploi. Pour les fins de contrats, c’est la galère qui recommence avec son cortège de tracasseries administratives pour percevoir les indemnités de chômage et les minima sociaux.

Le point a été fait avec elles sur les démarches à effectuer et les dossiers en cours. Nous avons également abordé les différents recours possibles, et notamment l’action aux prud’hommes. A l’heure d’aujourd’hui, 1 dossier est en attente du rendu du jugement, 5 sont en cours de constitution ou de dépôt. A l’issue de cette réunion les représentants du SNUipp et de la FSU se sont engagés à interpeller rapidement les parlementaires de notre département sur la situation des EVS. Ils tiendront les personnels et les écoles informés des évolutions du dossier par le biais du courrier électronique et du site du SNUipp (http://24.snuipp.fr)

Les représentants FSU : Nicolas Izorche, Yves Borde, Jean-Luc Marchive

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

Pour nous contacter :

SNUipp-24, Bourse du travail,

26 rue Bodin

24029 PERIGUEUX cédex

Tel : 05 53 08 21 25

Mail : snu24@snuipp.fr

FAX : 09 71 70 52 52


©Copyright 2006 - SNUipp - FSU Dordogne, tous droits réservés.